Gynopedia needs your support! Please consider adding content, translating a page, or making a donation today. With your support, we can sustain and expand the website. Gynopedia has no corporate sponsors or advertisers. Your support is crucial and deeply appreciated.

Difference between revisions of "Haiti/fr"

(Updating to match new version of source page)
 
Line 194: Line 194:
 
[http://www.scms.pfscm.org/scms SCMS (Accès aux médicaments pour le VIH/SIDA dans le monde)]<br />
 
[http://www.scms.pfscm.org/scms SCMS (Accès aux médicaments pour le VIH/SIDA dans le monde)]<br />
 
[http://iwhp.sogc.org/index.php?page=haiti&hl=fr_FR Programme international pour la santé des femmes (Haïti)]
 
[http://iwhp.sogc.org/index.php?page=haiti&hl=fr_FR Programme international pour la santé des femmes (Haïti)]
 +
 +
* [https://www.profamilhaiti.org/ Association Pour la Promotion de la Famille Haitienne (PROFAMIL)]: "In a country with high rates of poverty and HIV, Profamil is a leading provider of sexual and reproductive health care and education in Haiti. In addition to its static clinics, it reaches marginalized populations through its mobile health units and network of health promoters." This is an affiliate of the International Planned Parenthood Federation. Email: info@profamilhaiti.org
 +
* [http://http://www.hpvcentre.net/statistics/reports/HTI_FS.pdf Haiti HPV Vaccine Status]
 +
* [http://www.handsupforhaiti.org/about-us/ Hands Up For Haiti]
 +
* [http://www.doctorswithoutborders.org/countrEy-region/haiti Doctors Without Borders - Haiti]
 +
* [http://ganm.nursing.jhu.edu/partnership-not-aid-how-the-women-of-haiti-are-claiming-a-new-future-3/ GANM Blogs]
 +
* [http://www.expat.com/en/business/central-america/haiti/6_health/pharmacies/ Expat Pharmacy List]
 +
* [http://www.msf.ca/en/country-region/haiti MSF]
 +
* [http://www.scms.pfscm.org/scms SCMS (Global Access to HIV/AIDS Medication]
 +
* [http://iwhp.sogc.org/index.php?page=171 International Women's Health Program (Haiti)]
  
 
==Réferences==
 
==Réferences==

Latest revision as of 05:52, 1 June 2019

Other languages:
English • ‎français


Image provided by Creative Commons.

INTRODUCTION
Souffrant déjà de sa triste réputation de pays le plus pauvre des Amériques, Haïti subit en outre les conséquences dramatiques du tremblement de terre et de l’ouragan qui l’ont frappée respectivement en 2010 et en 2016. Ravagé, le pays manque cruellement de ressources et dépend des aides internationales. Cela a évidemment eu des retombées dramatiques sur la santé des femmes et sur la santé en matière de sexualité et de procréation sur l’ensemble du territoire. Si Port-au-Prince bénéficie de plus de moyens publics que la plupart des autres régions, plus rurales, de nombreuses avancées restent encore à faire dans ces domaines. Les principaux problèmes sont le manque de moyens de contraception disponibles, les prix élevés des produits d’hygiène féminine, le manque d’établissements de santé corrects, la vétusté et les prix inabordables des hôpitaux, le taux élevé d’infection à VIH ainsi que le nombre alarmant de violences sexuelles à l’encontre des femmes[1]. En outre, l’avortement est strictement prohibé et les organisations gouvernementales font peu pour diminuer l’incidence des IST et combler le manque d’éducation sur la planification familiale. Les droits des femmes ne font pas partie des priorités du gouvernement Haïtien. Encore en 2016, pas une seule femme n’occupait de siège au Sénat d’Haïti[2].

Contraception

Préservatifs en vente à Port-au-Prince

Remarque générale : Il existe de nombreux moyens de contraception, comme les DIU (dispositifs intra-utérins ou stérilets), les contraceptifs oraux (pilule), les patches, les progestatifs injectables, les préservatifs, etc. Pour une liste exhaustive, cliquez ici.

Lois et stigmatisation sociale

Si les contraceptifs oraux sont apparus très tôt en Haïti[3], leur utilisation ne s’est pas réellement démocratisée : seulement 37,8 % des femmes entre 15 et 49 ans déclarent utiliser un moyen de contraception, quel qu’il soit. C’est le taux le plus faible enregistré dans les Caraïbes. Parmi les femmes qui utilisent une contraception, une immense majorité opte pour les progestatifs injectables[4]. Plusieurs campagnes de sensibilisation à l’utilisation des contraceptifs ont été menées, avec des résultats mitigés. Beaucoup de femmes sont élevées dans des familles chrétiennes conservatrices et n’osent pas admettre qu’elles ont eu des relations sexuelles avant le mariage. Le sujet de la contraception est donc rarement abordé, en particulier chez les jeunes[5].

Quelles solutions et où se les procurer

  • Pour accéder à la liste complète des contraceptifs hormonaux disponible dans le pays, consultez la page IPPF d'Haïti.
  • Les préservatifs peuvent être achetés en supermarché mais sont plus difficiles à trouver dans les petits commerces.
  • D’après la Fédération internationale pour le planning familial (International Planned Parenthood Federation), il existe plus de 20 types de contraceptifs hormonaux oraux (pilules contraceptives) disponibles. On trouve majoritairement des pilules combines ou séquentielles, mais aussi un large choix d’implants hormonaux. En revanche, seul un DIU est disponible : il s’agit du Mirena. Les anneaux vaginaux (Nuva Ring) ne semble pas être autorisés à la vente en Haïti[6].
  • Il est possible de trouver des progestatifs injectables, comme Depo-Provera SAS 150 mg/ml, Mesigyna, Mesigyna Instayect et Noristerat, d’après l’IPFF[7].
  • Des implants hormonaux sont également disponibles, tels que Implanon et Jadelle, d’après l’IPFF[8].

Coût

KORE, qui signifie « je te couvre » en créole haïtien, est une marque de préservatifs disponible à Haïti depuis 2013. Elle a été lancée dans le but de pallier le manque de préservatifs disponibles et de faciliter leur accès en proposant un produit plus abordable pour les haïtiens. Une boîte de trois préservatifs de marque coûte généralement entre 200 et 300 gourdes (soit approximativement entre 2,90 € et 4,30 €) [9].

Contraception d'urgence (pilule du lendemain)

Important : la contraception d'urgence (CU) peut empêcher une grossesse pendant trois jours (72 heures), parfois cinq (120 heures), après un rapport sexuel non protégé. Il faut la prendre dès que possible après ce dernier pour empêcher une grossesse. Si vous n'avez pas accès à une CU, elle peut être remplacée par une contraception orale, sans oublier que : (1) seules quelques contraceptions orales fonctionnent en tant que CU ; (2) les dosages et heures de prise diffèrent selon les contraceptions utilisées en CU ; (3) il ne faut utiliser que les 21 premières pilules d'une plaquette de 28 ; et (4) une contraception orale peut s'avérer moins efficace qu'une CU. Pour en savoir plus sur la contraception d'urgence, cliquez ici.

Lois et stigmatisation sociale

Il est très difficile de se procurer une pilule du lendemain sans ordonnance à Port-au-Prince et si elle est délivrée, elle est la plupart du temps importée d’un autre pays et accompagnée d’instructions rédigées dans une langue étrangère, la rendant inutilisable[10]. Si vous avez besoin d’une contraception d’urgence, vous pouvez prendre un contraceptif oral standard dans des doses plus élevées pour remplacer la pilule du lendemain[11].

Quelles solutions et où se les procurer

Note : La contraception d’urgence efficace le plus longtemps à ce jour est ellaOne. Elle peut être prise jusqu’à 5 jours (120 heures) après le rapport sexuel non protégé. Si ellaOne n’est pas disponible dans votre pays, le stérilet en cuivre peut également être utilisé pour éviter la grossesse, s’il est posé dans les 5 jours qui suivent le rapport non protégé. Si aucune de ces options n’est disponible et que le rapport non protégé remonte à plus de trois jours, vous pouvez tout de même prendre une contraception d’urgence, qui peut être efficace jusqu’à 5 jours. Notez cependant que les CU ne sont pas efficaces à 100 % et qu’elles doivent être prises le plus tôt possible.

Ci-dessous la liste des contraceptifs oraux pouvant être utilisés comme contraception d’urgence (progestérone uniquement)[12]

	Prendre 40 comprimés dans les 120 heures suivant le rapport sexuel non protégé :
	Ovrette
	Prendre 50 comprimés dans les 120 heures suivant le rapport sexuel    non protégé :
	Microval

OContraceptifs oraux utilises comme CU / oestroprogestatif Remarque : dans les tablettes de 28 pilules, seules les 21 premières peuvent être utilisées

	Prendre 2 comprimés dans les 120 heures suivant le rapport sexuel non protégé puis prendre 2 autres comprimés dans les 12 heures qui suivent :
	Eugynon
	Neogynon
	Nordiol
	Ovral
	Prendre 4 comprimés dans les 120 heures suivant le rapport sexuel non protégé puis prendre 4 autres comprimés dans les 12 heures qui suivent :
	Lo-Femenal
	Minigynon 30
	Nordette

Coût

Infections/maladies sexuellement transmissibles (IST/MST)

Important : renseignez-vous sur le TPE (traitement post-exposition) ou la PrEP (prophylaxie pré-exposition). Si vous pensez avoir été récemment exposée au VIH (dans les dernières 72 heures), demandez un TPE, un traitement d'un mois visant à prévenir l'infection après l'exposition au VIH. Il peut être disponible dans votre ville et doit être pris dès que possible. Pour en savoir plus, cliquez ici. Si vous risquez d'être exposée au VIH, demandez une PrEP, une pilule à prendre quotidiennement pour prévenir l'infection avant l'exposition au VIH. Pour en savoir plus sur la PrEp, cliquez ici.

Lois et stigmatisation sociale

Le taux de prévalence du VIH/SIDA en Haïti est de 1,8 %, soit l’un des plus élevés de la région des Caraïbes (derrière les Bahamas et Bélize). C’est aussi le pays qui compte le plus grand nombre de personnes infectées dans la région : on estime à 120 000 le nombre d’haïtiens séropositifs[13]. Le moyen le plus sûr d’éviter de contracter le VIH ou d’autres IST est d’utiliser systématiquement des préservatifs. Si vous avez des relations sexuelles, contactez la Fédération internationale pour le planning familial (International Planned Parenthood Federation) pour prendre un rendez-vous pour un test de dépistage des IST. Il est recommandé de se faire dépister régulièrement afin d’éviter de contaminer d’autres personnes à son insu, mais aussi afin d’établir rapidement un diagnostic en cas d’infection et, le cas échéant, de pouvoir commencer le traitement avant l’apparition de séquelles.

Quelles solutions et où se les procurer

Centres de dépistage

  • IPPF Association pour la promotion de la famille haïtienne

8 rue Laforêt, Delmas 31
HT 6120
Port-au-Prince, Haïti
Tél : +00 (509) 2811-0411/ +00 (509) 2811-0412 / +00 (509) 2811-0413
E-mail : info@profamilhaiti.org
Site web : https://www.profamilhaiti.org/

  • AHF Haïti – Klinik Solidarité – 2, Impasse Rigaud et Avenue Lamartinière, Bois Verna, Port-au-Prince, Haïti[14]

Soutien/aide

Si vous connaissez une personne incarcérée à Port-au-Prince ou ailleurs à Haïti, infectée ou courant le risque d’être infectée, Aids Healthcare Foundation (association américaine de lutte contre le Sida) peut lui venir en aide. L’association offre notamment des tests de dépistage et des médicaments aux personnes démunies. Rendez-vous sur le site de l’association pour plus d’informations (en anglais uniquement).

Coût

Le dépistage des IST est gratuit dans la plupart des cliniques gérées par des ONG.

Médicaments et vaccins

Lois et stigmatisation sociale

Quelles solutions et où se les procurer

Fluconazole est le nom du principe actif contenu dans les médicaments servant à traiter les mycoses. Vérifiez qu’il figure bien dans la liste des principes actifs lorsque vous achetez votre médicament, sans quoi son efficacité n’est pas garantie. Les PrEP ne sont pas disponibles en Haïti[15]. En matière de vaccination contre le HPV (papillomavirus humain), Haïti a lancé un « programme pilote » : le vaccin est donc disponible mais pas accessible à tous. Une liste de 11 pharmacies de Port-au-Prince ainsi que leurs pages Facebook est disponible ici.
L’Hôpital Immaculée Conception Cayes dispose d’un stock constant de médicaments antirétroviraux[16].

Coût

En 2004, une thérapie antirétrovirale (ARV) initiale coûtait environ 800 € par patient par an à Haïti[17].

Règles

Remarque : en plus des serviettes et tampons hygiéniques, vous pouvez aussi utiliser une coupe menstruelle ou des sous-vêtements menstruels pendant vos règles. Pour en savoir plus sur la coupe menstruelle, cliquez ici. Pour en savoir plus sur les sous-vêtements menstruels, cliquez ici (page en anglais).

Lois et stigmatisation sociale

Les femmes haïtiennes reçoivent généralement peu d’éducation sur l’hygiène féminine et sur les règles. Lors d’un sondage, près de 25 % des femmes interrogées déclaraient ne pas savoir pourquoi elles avaient leurs règles. Le salaire moyen des femmes variant entre 1 € et 3 € par jour, le coût des serviettes hygiéniques jetables est généralement trop élevé. De ce fait, plus de 80 % des femmes utilisent régulièrement des morceaux de tissus qu’elles plient ou de vieux t-shirts pour absorber le sang des règles[18]. Les femmes qui n’ont pas accès aux serviettes hygiéniques sont souvent contraintes d’interrompre leurs activités journalières telles qu’aller au travail ou à l’école.

Quelles solutions et où se les procurer

Kotex est la marque de serviettes hygiéniques jetables la plus répandue à Port-au-Prince.

Organismes œuvrant pour résoudre les problèmes liés aux règles à Haïti :

  • Real hope for Haiti : voir le site pour plus d’informations (en anglais uniquement).
  • Breath of Life Haiti : partenariat avec DivaCup
  • Helping Haiti Work : cette organisation à but non lucratif a exprimé le souhait de distribuer des serviettes hygiéniques aux femmes haïtiennes, mais nous n’avons pas plus d’informations sur l’état d’avancement de ce projet.

Coût

Une boîte de 32 tampons Tampax OB coûte environ 600 gourdes (~8,50 €), soit un prix plus élevé que dans la plupart des pays occidentaux. C’est pourquoi les produits d’hygiène féminine jetables ne sont pas très populaires auprès des femmes haïtiennes. L’entreprise SOIL distribue gratuitement des kits d’hygiène féminine réutilisables à toutes les femmes haïtiennes. Pour plus d’informations, consultez le site web de l’entreprise (uniquement en anglais).

Examens gynécologiques

Lois et stigmatisation sociale

Quels examens et où les effectuer

  • Dr. Serge Guichard

Adresse : 13 Rue Faubert, Port-au-Prince , Haïti.
Tél : +509 257 1109
Spécialité : obstétrique et gynécologie

  • Marco Percque

Tél : +00 (509) 2257-4711 / 2257-3646
Adresse : Unite Chirurgical 75 rue Lambert, Petion Ville

  • Ronald Fouche
    Tél : +00 (509) 2245-6301/ 2244-2970/ 2968
    E-mail : rfouche@obgyn.net
    Adresse : 42, Chemin des Dalles,

entre rues St-Cyr & Magny
La Maison Médicale, Port-au-Prince[19]

Adresse : 27 ruelle Berne, Port-au-Prince, Haïti
E-mail : shog@hainet.net
Site web : http://www.shog.org/

Coût

Grossesse

Lois et stigmatisation sociale

Toutes les femmes ont droit à 6 semaines de congés maternité payés à 100 % de leur salaire moyen par l’employeur. En pratique, la situation est bien différente et beaucoup de femmes se retrouvent sans rémunération[20] [21] [22]. Le pays ne compte que 201 sages-femmes pour 10 millions d’habitants. Les sages-femmes des ONG présentes en Haïti tentent de combler ce manque et apportent une aide cruciale pour améliorer le taux de survie des mères et des enfants. En effet, la mortalité maternelle était estimée à 350 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2012[23].

Quelles solutions et où se les procurer

  • L’une des options pour les femmes qui ont besoin d’un suivi médical pour leur grossesse est de se tourner vers l’organisation Médecins sans frontières. Celle-ci dispose d’au moins un centre à Port-au-Prince qui offre des soins prénataux aux femmes enceintes qui présentent des complications urgentes. Malheureusement, leurs locaux sont souvent surchargés et peu de places sont disponibles pour les patients qui viennent y chercher de l’aide. Toutefois, ils font tout leur possible pour ne pas refuser l’admission aux femmes qui se présentent avec des contractions, même en cas de grossesse non pathologique[24].
  • La clinique Pran Men’m est située dans le quartier Delmas 33 à Port-au-Prince.
  • Le Centre de référence en urgence obstétricale (CRUO), géré par MSF, dispose de 148 lits[25]
  • De nombreuses femmes, lorsqu’elles en ont les moyens, décident de se rendre en République Dominicaine, où l’accès aux soins est plus facile, pour accoucher[26].
  • Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA)

Adresse : LOCAL MINUSTAH, Log base – Zone 5, boulevard Toussaint Louverture et 18, Clercine, Port-au-Prince, Haïti
E-mail : Office@unfpahaiti.org
Horaires d’ouverture : du lundi au jeudi de 7 h 30 à 16 h 30, le vendredi de 7 h 30 à 13 h 30
Téléphone : +00 (509) 2815-6000 / +00 (509) 2813-0415.

Coût

Le coût d’une hospitalisation dans un hôpital public à Port-au-Prince est de moins d’un euro par jour. Néanmoins, toutes les autres dépenses, telles que les seringues, les médicaments, le transport, etc. est à la charge du patient. Avec 60 % de la population haïtienne vivant sous le seuil de pauvreté, le prix d’un accouchement dans un hôpital public reste inabordable pour la majorité des femmes.

Avortement

Remarque importante : Il existe deux méthodes d’avortement : la méthode médicamenteuse et la méthode dite instrumentale ou chirurgicale. La méthode médicamenteuse consiste à prendre des comprimés pour provoquer l’avortement, tandis que la méthode instrumentale est une procédure consistant à aspirer l’œuf mécaniquement pour interrompre la grossesse. Pour plus d’informations sur les deux méthodes d’avortement, cliquez ici.

Lois et stigmatisation sociale

La loi haïtienne est l’une des plus strictes au monde sur la question de l’avortement. Il est pénalisé sans exception[27], sauf dans les rares cas où la vie de la mère est mise en danger, mais cela n’est pas inscrit dans la loi. Les avortements ont donc lieu dans la clandestinité et les méthodes employées sont très dangereuses. Le taux d’avortement est élevé, ce qui est en partie dû au fait que la contraception est peu répandue car difficilement accessible, méconnue et mal acceptée dans les mœurs[28] Despite the fact that it is illegal, abortion is common in Haiti. [29]. On ne connaît pas le nombre de décès imputables aux avortements en Haïti, mais les médecins affirment que les complications liées aux avortements sont la première cause de mortalité maternelle, et seraient responsable d’environ 30 % des cas selon le ministère de la Santé[30].

Quelles solutions et où se les procurer

Une immense majorité de professionnels de santé estime qu’il est très risqué de recourir à l’avortement dans la clandestinité, auprès de personnes non qualifiées ou ne disposant pas du matériel nécessaire. En Haïti, l’option la plus sûre est de se rendre en République Dominicaine ou dans un autre pays voisin pour se faire avorter. Une autre solution consiste à se faire livrer une pilule abortive par courrier. Cliquez ici pour plus d’informations.

Coût

N/A

Information et assistance

Lois et stigmatisation sociale

File d’attente devant la clinique de Médecins sans frontières à Port-au-Prince

Les viols et agressions sexuelles font très rarement l’objet de poursuites à Haïti, notamment à cause de la stigmatisation des victimes, souvent jugées responsables par leur communauté. En outre, nombre de femmes ne portent pas plainte par peur de représailles de la part de leurs agresseurs. Les peines prononcées à l’encontre des personnes coupables de viol ou d’agression sexuelle sont généralement légères, même si on constate une évolution en la matière, quoique lente, depuis la nouvelle loi adoptée en 2005. Cette loi élargit la responsabilité de l’auteur du crime d’une part, et garantit la gratuité des soins médicaux pour les victimes d’agressions sexuelles d’autre part. Malgré ces avancées, la procédure de dépôt de plainte pour agression sexuelle auprès de la police reste lourde et éprouvante, et la police haïtienne a été vivement critiquée pour son inaction suite à une plainte pour viol[31]. Pour ces raisons, les viols sont encore très rarement signalés aujourd’hui.

Quelles solutions et où se les procurer

La clinique Pran Men’m (« prends ma main » en créole) dispense les soins médicaux d’urgence requis dans les 72 heures après un viol, ainsi qu’une prise en charge médicale et psychologique à plus long terme. La clinique est ouverte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 [32].

Coût

La plupart des soins sont prodigués gratuitement dans la clinique Pran Men’m.

Sources d’informations complémentaires

Haiti HPV Vaccine Status
Hands Up For Haiti (anglais uniquement)
International Planned Parenthood Federation (anglais uniquement)
Médecins sans frontières - Haïti
GANM Blogs (anglais uniquement)
Liste de pharmacies d'expat.com
MSF
SCMS (Accès aux médicaments pour le VIH/SIDA dans le monde)
Programme international pour la santé des femmes (Haïti)

Réferences

  1. Violence sexuelle à Haïti
  2. Aucune femme dans le nouveau parlement haïtien
  3. Women’s Trials: The Approval of the First Oral Contraceptive Pill in the United States and Great Britain
  4. Trends in Contraceptive Use 2015 (Tendances de l'utilisation des contraceptifs 2015)
  5. Family Planning is a Delicate Subject in Haiti (La planification familiale, un sujet tabou en Haïti)
  6. IPFF - Haïti
  7. IPFF - Haïti
  8. IPFF - Haïti
  9. Dons de préservatifs à Haïti
  10. Haiti's Silenced Victims (À Haïti, les victimes de viol réduites au silence)
  11. Site web de Princeton sur la contraception d'urgence
  12. Site web de Princeton sur la contraception d'urgence
  13. HIV/AIDS in Haiti (VIH/SIDA en Haïti)
  14. AHF Haïti
  15. Carte du monde de PrEPWatch
  16. Delivering Life-Saving HIV/AIDS Drugs Around the World (Distribution d'antirétroviraux à travers le monde)
  17. The cost of antiretroviral therapy in Haiti (Le coût d'une thérapie antirétrovirale à Haïti)
  18. PARTNERSHIP, NOT AID – HOW THE WOMEN OF HAITI ARE CLAIMING A NEW FUTURE
  19. LOCAL ENGLISH SPEAKING PHYSICIANS - American Embassy
  20. Parental Leave
  21. Maternity and paternity at work
  22. Giving Birth is Fraught with Danger in Haiti
  23. Women in Haiti embracing birth control despite taboos
  24. Improving Maternity Care in Haiti
  25. Médecins sans frontières - Haïti
  26. [1]
  27. Latin America Fact Sheet
  28. Women in Haiti Embracing Birth Control Despite Taboos
  29. A Look at Abortion in Haiti
  30. Women in Haiti Embracing Birth Control Despite Taboos
  31. Sexual Violence in Haiti
  32. RAPPORT D’ACTIVITÉS INTERNATIONAL 2015